Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 4 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le jeudi 04 octobre 2007 @ 16:24:49 by AnarchOi
Contributed by: AnarchOi
Communalisme--> C'est nous les enfants de Cayenne
Source : L'En Dehors



Très peu connue de la France métropolitaine, la Guyane est un département d'outre mer français situé au nord est du Brésil et au sud du Surinam. Le climat y est tropical, très chaud et très humide. Sa surface fait trois fois celle de la Belgique pour seulement 150 000 habitant. La majorité de sa population est concentrée sur les trois villes principale: Cayenne (chef lieu), Kourou avec le centre spatial, et St Laurent du Maroni .90% de son territoire est composée de forêt tropicale quasiment vierge et la côte Guyanaise fait près de 300 km .
Contrairement aux idées recues la Guyane n'est pas l'enfer vert qu'on imagine.C'est même un paradis si l'on sait un temps soit peu se passer du luxe de nos grande villes européennes.

Quel rapport entre l'anarchisme et la Guyane?

La première idée qui vient à l'esprit lorsqu'on parle de Guyane c'est le bagne. En effet de 1852 à 1946 toute la vie Guyanaise reposait essentiellement sur l'Administration Pénitentiaire: la Tenciaire comme l'appelaient les détenus. Bon nombre de camarades anarchistes y ont été déportés et les conditions de détention y étaient tellement rudes que beaucoup y ont laissé leur peau. Aujourd'hui les vestiges du bagne restent un des principaux attrait touristique de ce territoire.

L'anarchisme en Guyane aujourd'hui.

La faible densité de population ses frontières perméables et le manque de zèle de l'administration font de la Guyane la terre promise des libertaires. Paris est très loin de Cayenne et ses décrets et lois on bien du mal a y être appliqués. Il n'y a aucune législation en vigueur sur la chasse, la pêche, et sur la navigation fluviale . Bon nombre de véhicules qui y roulent ne sont pas assurés, peu de conducteur ont leur permis. On peut construire son carbet (case) ou on veut , personne ne viendra vous délogé. Et bien que ce soit les mêmes lois qu'en métropole le cannabis par exemple est partout présent. Très peu de gens paient les taxes et impots. Les gendarmes sont peu nombreux passent la majorité de leur temps à lutter contre l'immigration clandestine. Ca nous laisse donc le champ libre. Dire que la Guyane est une zone de non droit serait exagéré, mais pas loin de la vérité.
Vu ce terreau propice bon nombres d'anar se sont installés un peu partout en Guyane. En général ces gens sont fort peu à cheval sur l'idéologie, dans la pratique par contre ils sont horspair. J'en ai rencontré sur cayenne, St Laurent du Maroni mais les plus originaux sont sans conteste ceux de Saül. Sur la crique Popotte à 6 km de Saül deux familles et quelques isolés se sont installés il y a une quinzaine d'années et ont formé l'organisation Kanawa. Ils ont déboisés quelques hectares de forêts et ont plantés fruitiers et légumes, vivent de chasse et pêche. De temps en temps ils organisent des guidages en forêt et hébergent les rares tourristes de passage.
Le Père s'est intallé là bas avec sa famille au début des années 90, c'est un pariguot d'origine qui vivait jadis dans une communauté en Arriège. Devant l'avancée toujours plus envahissante de la civilisation, il a décidé de partir plus loin et a aterri à Saul. Cet homme est vraiment quelqu'un d'exceptionnel, anarchiste et anticivilisatoiniste increvable, il a déboisé son abbati et construit ses carbet à la force de ses bras. Bien organisé il fait venir de temps en temps les vivres indispensables par avion de cayenne (rhum, cartouches, riz , tabac, harricots...) . La crique Popote coule le long de son abbati, l'eau y est pure et est bue telle quelle sans être filtrée. On peut y pêcher et se baigner à volonté.Tout au long de l'année il récolte des tas de fruits et légumes mais aussi d'autres plantes intéressantes. Chez lui c'est la fête tous les soirs, on dance on chante jusquau bout de la nuit, mais dès l'aube on le retrouve dans sa plantation travaillant sans relache. Le gibier est abondant et la viande ne manque pas. Il instruit lui même ses enfants. Le jeudi il se rend à travers les bois jusque Saül ou le courrier et les vivres arrivent par Air Guyane (quand il ne sont pas en grève).La micro société de Popote est pour moi idéale, les contraintes sociales sont quasi inexistantes. Deux gendarmes mobiles viennent à Saul une nuit tous les deux mois, c'est tout dire! Et encore bien souvent ils viennent pour se reposer.
Celà dit il ne faut pas croire qu'il est facile de vivre en forêt, l'entretien des plantations est quotidien, et rien de ce que nous trouvons a volonté en Europe n'est disponible. Bon nombre d'immigrants n'ont put y rester que quelques semaines tellement les conditions d'adaptation et de vie étaient difficiles.
Ces gens vivront en paix tant que la république aura oublier ce petit coin de terre vierge!

Pour voir des photos de Saül et du coin :
http://perso.wanadoo.fr/yann.michel/guyane_recit_photo.htm http://chris.laine.free.fr/Saul/page_02.htm http://voyageenguyane.free.fr/saul.htm http://www.horizo.com/photo_guyane.htm http://laguyane.free.fr/villes/Saul.htm


Liens Relatifs


Anonyme
296  

Anonyme
  Posté : 02-07-2014 19:57

vos sources sont pas des plus fiables rien que pour la fin des bagnes c'est 1953
la surface est de 83 846 Km²
pour kanawa le propriétaire est tarin josé ( popote )
pour le reste il faut dire que c'est par le layon et non a travers le bois
et de dire que c'est tranquille >> les orpaillage et les crimes de sang excitent avec des personnages assez célèbres
les premiers habitants qui liront cette facon de raconter saul devraient bien rire car bien des points sont apparaments oublier j'ose espérer que vous modifirer votre message au plus vite

  Citation
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


Temps : 0.0552 seconde(s)