Créer un compte Utilisateur  · Soumettre un article  

  
Réponse à PL (Qu'est-ce que Reclaim ?)
Posté le mercredi 18 octobre 2006 @ 15:37:13
''Les groupes communautaires qui occupent actuellement les locaux du pavillon Hubert-Aquin ne se disent pas opposés à la cohabitation avec les associations propriétaires. Ils soutiennent toutefois que leur présence est légitime. «La défunte ASÉ a laissé en héritage tout son matériel, comprenant les locaux, au Comité de gestion qui est un regroupement de collectifs et de projets, explique l'un des membres du Comité qui préfère garder l'anonymat. Les locaux sont occupés par plusieurs projets à vocation autonome et collective. C'est un espace de travail pour beaucoup de groupes populaires et de luttes sociales et politiques. »


Les deux pièces ont un historique plutôt mouvementé. Elles ont appartenu à l'AGESSHALCUQAM, principale association étudiante de l'Université dans les années 1990. À la suite de sa dissolution en 2001, certains de ses exécutants ont gardé une partie des fonds appartenant à la défunte association, ainsi que du matériel et des locaux pour créer L'Association syndicale étudiante (ASÉ). Celle-ci a ensuite occupé les locaux du pavillon Aquin pendant deux ans. Différents groupes en ont pris possession dans le chaos qui a suivi le départ de l'ASÉ.''

Notre existence est à ce point publique que même le Montréal Campus en parle. Ce qu’il y a aurait à rectifier à ce texte c’est que ce n’est pas le chaos qui a fait le collectif de gestion du A-2480 mais les groupes issus de l’ASÉ (comme Liberterre, le PASC, l’Index et le majeur, Agite-bouffe, Reclaim the Web …), des groupes camarades dont certains membres étaient de l’ASÉ (comme Mauvaise herbe) qui ont en réunion de la défunte ASÉ décidé de transformer l’ASÉ en Collectif de gestion du A-2480. Durant ce temps, nous étions menacé par les bureaucraties dirigeantes (légalement propriétaires du local mais pas du matériel) et nous le sommes toujours. Mais se créait des initiatives (comme le projet d’éducation autonome Reclaim qui est en suspension parce qu’il n’a pas suscité un enthousiasme assez grand malgré la qualité de l’initiative mais il y a toujours le site Web), se joignait d’autres groupes (comme Anarkhia), il y avait une demande pour utiliser le local par d’autres groupes autonomes (comme c’est le cas actuellement de Mob-UQAM et de CAP-UQAM) et plein d’autres gens utilisent le local. La plupart de ces projets sont des projets communautaires et/ou libertaires qui n’ont pas de local normalement mais qui en ont un à cause des luttes historiques que nous avons mené. Ce local a entre autres été un haut lieu de la grève générale.

Vous comprendrez que nous avons à nous battre contre un monde autoritaire qui nous menace et que vaut mieux dans ce cadre éviter d’être trop transparent face à ses agents (police, bureaucrates…). C’est un minimum de sécurité que nous avons à prendre en tant que révolutionnaires.

En passant, les idées politiques des gens utilisant le local et le matériel sont vraiment trop diversifiées pour être réduites aux tendances qualifiées de postgauchistes/primitivistes/autonomes.

- un membre du Collectif de gestion à titre personnel


Liens Relatifs



Temps : 0.0461 seconde(s)